Lemonnier, le nettoyeur

6 Juil, 2017 | Personnage

Auteur : Alexandre Doskov

Un jour, Nicolas Lemonnier a décidé de ramasser des déchets partout où il courait. Depuis il gère une communauté de plusieurs milliers de runners, est devenu pote avec Mark Zuckerberg, et a fini un marathon en collectant un déchet par kilomètre. En attendant de courir un jour avec Emmanuel Macron.

La photo ressemble presque à celle d’un joueur de football qui vient de signer dans un nouveau club, encadré par le coach et le directeur sportif. Dans le coin droit du ring, Nicolas Lemonnier, ostéopathe nantais de trente cinq ans. Dans le coin gauche, sa femme. Et au milieu, dans le rôle du joueur, Mark Zuckerberg, un grand sourire scotché sur sa ganache d’adolescent. Avec en guise de maillot ce t-shirt « Run Eco Team » déployé par Nicolas Lemonnier devant la dixième personnalité la plus influente au monde d’après le dernier classement du magazine Forbes.

Comment le Nantais s’est-il retrouvé à poser avec le milliardaire en claquettes qui a fondé Facebook ? Nicolas n’a pas eu à gagner de jeu concours, ni à faire la queue pendant des heures à la fin d’une rencontre entre le public et le fondateur de Facebook. « Mark Zuckerberg nous a invité ma femme et moi à Palo Alto, en Californie, pour l’anniversaire de Facebook » démarre l’osthéo, « Je l’ai rencontré lui et beaucoup d’autres employés, c’était intéressant et enrichissant. » C’était en février dernier, alors que le réseau social soufflait ses treize bougies. Et avant de recevoir son carton d’invitation de la part de Mark Zuckerberg, Nicolas Lemonnier lui avait tapé dans l’oeil quelques mois plus tôt grâce aux initiatives de son association, Run Eco Team. Un groupe dont le nom se prononce presque « René Coty », mais qui préfère envoyer des runners plutôt qu’OSS117 pour sauver le monde.

1 run = 1 déchet

À la base, Nicolas n’est pourtant pas un fanatique de course-à-pied. Il a passé sa jeunesse sur les terrains de football en tant qu’attaquant, même s’il s’était déjà deviné une foulée solide : « J’avais une très bonne endurance. De la 6ème à la 3ème j’étais dans un collège où il y avait des sportifs de haut niveau, et pourtant je gagnais les cross. » La sortie de l’adolescence, les amis et les sorties auront raison de sa carrière. Mais quelques années plus tard, en juillet 2015, Nicolas apprend que sa compagne est enceinte et il décide de se mettre à courir.

Et il ne lui faut que quelques sorties pour être horrifié par l’état des chemins qu’il emprunte : « En courant en ville ou à la campagne, j’ai vu qu’il y avait beaucoup de déchets. Donc un jour, au lieu de faire des selfies comme tous les autres runners, que je ne médis pas hein, je l’ai fait pendant plusieurs mois, mais au lieu de poster une photo de moi après une course, ben j’ai fait une photo avec un déchet. »

De René Coty à Mark Zuckerberg

Les réactions et les commentaires viennent vite, et Nicolas Lemonnier passe vite à la vitesse supérieure en créant le groupe Run Eco Team. Il lance le concept 1 run = 1 déchet, effectue toutes ses sorties running avec un petit sac pour ramasser des détritus, son groupe est vite rejoint par des centaines d’internautes, une association est créée, et des produits dérivés vendus. Jusqu’au jour où Nicolas Lemonnier reçoit un message sur Facebook : « C’était le 14 juillet 2016. J’ai regardé le profil de la personne, elle travaillait au siège de Facebook. Elle voulait des détails sur Run Eco Team. »

En deux temps trois mouvements, les aventures de Nicolas Lemonnier arrivent jusqu’aux oreilles du grand gourou Mark Zuckerberg, qui est séduit et veut donner un coup de main. « Ils m’ont dit que Facebook voulait faire un film sur mon histoire » se souvient le Nantais, « le clip a été tourné chez moi par une équipe américaine venue de San Francisco. Il a été mis en ligne par Zuckerberg le soir de Noël, les vues ont explosé il nous a invité avec ma femme à l’anniversaire de Facebook pour le rencontrer, à Pato Alto. »

Marathon man

Un coup de pub monumental pour son association, aujourd’hui parrainée par une belle brochette de VIP. Dans la foulée, il se lance dans un nouveau coup de com en annonçant qu’il courra le marathon de Nantes en ramassant un déchet par kilomètre : « On filmait l’intégralité de la course sur le live Facebook qui dure 4 heures. On ne peut pas aller au delà. Donc je me suis préparé à courir en 3h30, comme ça avec la fatigue de ramasser des déchets on monte à 3h45, et j’avais un quart d’heure de marge. »

Il boucle l’affaire en 3h46, en ayant ramassé 48 déchets. La suite ? Nicolas Lemonnier a désormais vingt mille abonnés sur Facebook, ses ouailles courent en ramassant des ordures aux quatre coins du pays, et il a déjà son prochain coup en tête : « On est en train de travailler très activement pour courir avec le Président de la République et Nicolas Hulot. Pour aller dans le même sens que le Make the planet great again. » Et s’il veut que le casting soit parfait, Nicolas peut même envoyer une invitation à Donald Trump. Sur Facebook, bien entendu.