Sélectionner une page

Do you speak le running ?

12 Nov, 2016 | Détente

Auteur / François-Xavier Gaudas
/ EN PARTENARIAT AVEC gymglish/

Drop, trail, tracking, GPS, hashtag…vous êtes un coureur aguerri mais la langue de Shakespeare vous échappe ?
Pas de panique, Running Her… les Héros de la Course à pied ont pensé à vous :
voici un petit glossaire ‘’so ingliche’’ pour ne plus jamais vous sentir à l’écart pendant les after run.
Follow us !

Jogging : n.m, ancêtre du Running.

Running : n.m, équivalent anglais de course à pied. Action visant à mettre un pied devant l’autre plus vite qu’une vieille dame mais moins vite qu’un vélo. C’est un sport que tout le monde peut pratiquer, peu importe les capacités physiques. Le terme running est également utilisé par certaines personnes de l’ancienne génération pour désigner les chaussures de course : « ah tu t’es acheté des nouvelles runnings ? » (prononcez –ingues).

GPS : n.m, « Global Positioning System » ou « Guide du Paumé Sportif » en français. Permet de ‘’tracker’’ en permanence la position d’un coureur. Le gros avantage est le suivi de vos entraînements via des cartes et données détaillées (allure, distance, calories brûlées…) une fois synchronisées sur votre téléphone et / ou ordinateur. La différence entre les montres qui en sont équipées, et les autres, est d’environ un rein et demi d’après les prix du marché.

Tracking : n.m, repérage ou localisation.

Hashtag : n.m, Il accompagne majoritairement un portrait de vous-même encore dégoulinant de sueur, d’une photo de paysage ou du parcours effectué  #running #courirpourmanger #runaddict #10k #nature  #trail…

Trail : n.m, désigne les chemins ou sentiers dans notre belle langue mais plus particulièrement les courses en nature dans le langage courant. Souvent compris dans une fourchette allant de 10 à plusieurs centaines de kilomètres, l’esprit y est plus relax que les courses bitume. On y est en communion avec les arbres, les glissades dans la boue, le saucisson et le fromage aux ravitaillements et parfois la neige, les cols de montagne à 3000m.


Drop
 : n.m, 3 points

Drop (bis) : n.m, excusez-moi pour cette confusion rugbystique.
Le drop est la différence de hauteur en millimètres entre l’avant (la pointe) et l’arrière (le talon) de votre chaussure. La théorie veut que plus il est haut, moins la foulée est dynamique car il favorisera une attaque par le talon alors qu’une foulée dynamique est caractérisée par une attaque médio ou avant-pied.
Regardez des vidéos de marathoniens ou sprinters au ralenti sur Youtube pour vous faire une idée ! Attention : ça n’est pas parce que vous allez courir en barefoot que vous allez claquer un temps de kényan au marathon. À bon entendeur.

Barefoot : n.m, littéralement ‘’pied nu’’ mais également traduit par ‘’minimalisme’’. Définit le fait de courir avec des chaussures qui s’enfilent comme des gants, sans amorti et qui donnent l’impression de… ben de courir pieds nus. C’est une excellente méthode pour muscler son pied de manière différente et tester des sensations dites ‘’de foulée naturelle’’ sur des terrains souples. Attention cependant à observer une période d’adaptation pour ne pas se blesser bêtement.
Le phénomène a connu une hype incroyable après la sortie du livre Born to Run de Christopher McDougall en 2009.

Buff : n.m, mot plus stylé pour dire ‘’bandana respirant qui tient chaud en nature’’. C’est un accessoire indispensable et peu onéreux pour tout trailer qui se respecte et ne veut pas attraper froid lors d’une course. Car si vous ne le saviez pas, notre corps perd en effet près de 30% de sa chaleur via le crâne. Si votre tête a froid, votre corps aussi !
Il paraît qu’on peut le plier de 20 façons différentes pour en faire un masque, tour de cou, chapeau… mais il faut avoir fait un doctorat en physique nucléaire pour y arriver !

Finisher : n.m ou f, ‘’celui ou celle qui finit’’ et peut enfin s’exclamer « nom d’une pipe j’ai enfin fini cette course, où est la bière ? » sur la ligne d’arrivée. Sera 90% du temps complètement en extase ou complètement au bout de sa vie. Certains d’entre eux finissent même accompagnés de leurs enfants venus les attendre pendant 5h dans le froid ou sous la canicule. Les choses que l’on ne ferait pas pour une médaille et un t-shirt fluo…

DNF : acronyme, ‘’did not finish’’. On peut traduire ces termes par ‘’trois mois à manger des brocolis et boire de la SanPé’ pour abandonner avant la moitié, ma vie est nulle’’. L’abandon est le pire ennemi du coureur -après l’ampoule- mais aussi un de ses plus grands moteurs.

Fartletk : n.m, mot d’origine suédoise pour ‘’jeu de vitesse’’. Grosso-modo, c’est un exercice à effectuer sur la piste pour améliorer sa vitesse et ses capacités respiratoires (ou Vitesse Maximale Aérobie). Un mélange de course à allure lente, modérée et de courts sprints. Très ludique, très douloureux mais aussi très efficace pour progresser.

Marathon : n.m, ok c’est le nom d’une ville non anglaise, mais il doit figurer dans cette liste. Nom donné à la charmante distance de 42,195km qui sépare la ville de Marathon de celle d’Athènes. Le premier à s’être lancé dans cet exercice était un soldat grec du nom de Philippidès. Il a parcouru tout ce chemin pour annoncer la victoire des Grecs sur les Perses à la bataille de Marathon… et en est mort. Il faut dire que côté chaussures et ravitos, en 490 avant J-C, c’était pas encore ça.

Vous avez vu les mots essentiels du running mais cela ne fera pas de vous un bilingue.
même si votre engouement pour l’anglais est devenu aussi fort qu’Haile Gebrselassie sur marathon,
apprenez l’anglais au quotidien avec une méthode simple et fun et profiter de cette offre de Gymglych.

OFFRE RUNNINGHEROES.COM

3 mois de cours d’anglais en ligne offerts

Go !